Historique

 

C'est au fil de sa pratique que Dre Marie-Eve Morin, médecin de famille œuvrant en dépendances et en santé mentale, constate que les services paramédicaux comme la psychothérapie et la physiothérapie ne sont pas accessibles à une large part de sa clientèle faute de moyens financiers. 

Marie-Eve Morin

« Depuis que je pratique, j’ai été confrontée à des situations dramatiques. Des personnes auraient eu besoin de soins psychologiques urgents, mais les délais pour y avoir accès dans le réseau public sont déraisonnables et elles étaient dans l’incapacité d’en assumer les frais au privé. Plusieurs de ces patients auraient également bénéficié d’un séjour en thérapie fermée, mais elles n’en avaient pas les moyens et n’avaient pas davantage accès à une assurance privée.» - Dre Marie-Ève Morin

Une solution s’imposait et l’idée de créer un organisme de bienfaisance est apparue comme un moyen concret d’aider ces patients. Accompagnée dans le processus de création par un collaborateur de longue date, Daniel Hervieux, la Fondation Caméléon voit officiellement le jour en décembre 2017. Le duo s’entoure alors d’une équipe de personnes sensibles à la cause de l'accès aux soins en santé mentale et élit son premier conseil d’administration en juin 2018. 

La Dre Morin était également très préoccupée par l’arrivée constante de nouvelles drogues de synthèse fabriquées dans des laboratoires clandestins et par les vagues de surdoses d’opioïdes. C’est ainsi qu’est né le Projet Caméléon en milieu festif. Cet été-là, la Fondation a pris part à plusieurs festivals de musique avec un kiosque de prévention et un service médical. L’équipe, formée d’intervenants, de pairs-aidants et de médecins, a offert de l’information sur les substances et fait de la prévention basée sur la réduction des méfaits. Les médecins ont également dispensé les soins médicaux requis. 

Il va sans dire que la présence de médecins capables de réagir et d’effectuer des actes médicaux sur place a permis de diminuer de façon substantielle le nombre de transports par ambulance vers les centres hospitaliers les plus proches. Traiter les festivaliers sur place a aussi favorisé un épisode de soins beaucoup plus satisfaisant pour les personnes qui en ont eu besoin. 

Parallèlement, et dans les mois qui ont suivi, les membres du conseil d’administration ont nommés d'autres collaborateurs et, ensemble, ils ont travaillé sur la définition des types d’aide à offrir aux personnes amorçant leur réhabilitation ainsi que sur le processus et les critères pour les obtenir. 

 

À quoi servent vos dons